Etudes de référence

Cliquez sur le titre pour accéder à l'étude/clic on the tittle to load the article or the survey

First published on 25 Avril 2017
 

Le document de réflexion sur la dimension sociale de l'Europe soulève des questions sur la manière de maintenir notre niveau de vie, de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, de doter les individus des compétences appropriées et d'assurer une plus grande unité au sein de notre société, en tenant compte de la société et du monde du travail de demain. Pour ce faire, il présente trois options possibles:

  • Cantonner la dimension sociale à la libre circulation:

Dans le cadre de cette option, l'Union maintiendrait en vigueur les règles visant à promouvoir les mouvements transfrontières de personnes, telles que les règles sur les droits de sécurité sociale des citoyens mobiles, sur le détachement des travailleurs, sur les soins de santé transfrontières et sur la reconnaissance des diplômes. Toutefois, il n'y aurait plus de normes minimales à l'échelle de l'UE concernant, par exemple, la santé et la sécurité des travailleurs, les temps de travail et de repos ou les congés de maternité et de paternité. L'Europe cesserait de favoriser les possibilités pour les États membres d'échanger leurs bonnes pratiques dans les domaines de l'éducation, de la santé, de la culture et des sports, et les programmes de reconversion sociale et régionale qui, dans les États membres, sont cofinancés par des fonds de l'UE devraient être abandonnés ou financés au niveau national.

  • Permettre à ceux qui le veulent de faire plus dans le domaine social:

Les pays partageant l'euro comme monnaie unique pourraient, ensemble, en faire plus dans le domaine social afin de préserver la solidité et la stabilité de la zone euro et afin d'éviter des ajustements trop brutaux du niveau de vie de leurs citoyens. D'autres pays intéressés pourraient également participer.

  • Les Vingt-sept approfondissent ensemble la dimension sociale de l'Europe:

Alors que le centre de gravité de toute action dans le domaine social devrait rester et resterait toujours les autorités nationales et locales, l’UE étudierait les moyens de continuer à soutenir l’action des États membres, en tirant pleinement parti de tous les instruments de sa boîte à outils. La législation ne se contenterait pas de fixer des normes minimales mais, dans certains domaines, elle pourrait harmoniser entièrement les droits des citoyens dans l’ensemble de l’UE, dans le but de parvenir à une convergence des résultats sociaux.

 

Télécharger :

Le document de réflexion sur la dimension sociale de l'Europe soulève des questions sur la manière de maintenir notre niveau de vie, de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, de doter les individus des compétences appropriées et d'assurer une plus grande unité au sein de notre société, en tenant compte de la société et du monde du travail de demain. Pour ce faire, il présente trois options possibles:

  • Cantonner la dimension sociale à la libre circulation:

Dans le cadre de cette option, l'Union maintiendrait en vigueur les règles visant à promouvoir les mouvements transfrontières de personnes, telles que les règles sur les droits de sécurité sociale des citoyens mobiles, sur le détachement des travailleurs, sur les soins de santé transfrontières et sur la reconnaissance des diplômes. Toutefois, il n'y aurait plus de normes minimales à l'échelle de l'UE concernant, par exemple, la santé et la sécurité des travailleurs, les temps de travail et de repos ou les congés de maternité et de paternité. L'Europe cesserait de favoriser les possibilités pour les États membres d'échanger leurs bonnes pratiques dans les domaines de l'éducation, de la santé, de la culture et des sports, et les programmes de reconversion sociale et régionale qui, dans les États membres, sont cofinancés par des fonds de l'UE devraient être abandonnés ou financés au niveau national.

  • Permettre à ceux qui le veulent de faire plus dans le domaine social:

Les pays partageant l'euro comme monnaie unique pourraient, ensemble, en faire plus dans le domaine social afin de préserver la solidité et la stabilité de la zone euro et afin d'éviter des ajustements trop brutaux du niveau de vie de leurs citoyens. D'autres pays intéressés pourraient également participer.

  • Les Vingt-sept approfondissent ensemble la dimension sociale de l'Europe:

Alors que le centre de gravité de toute action dans le domaine social devrait rester et resterait toujours les autorités nationales et locales, l’UE étudierait les moyens de continuer à soutenir l’action des États membres, en tirant pleinement parti de tous les instruments de sa boîte à outils. La législation ne se contenterait pas de fixer des normes minimales mais, dans certains domaines, elle pourrait harmoniser entièrement les droits des citoyens dans l’ensemble de l’UE, dans le but de parvenir à une convergence des résultats sociaux.

 

Lire :  Document de réflexion sur la dimension sociale de l'Europe

 


L'UE malgré tout ? Les opinions publiques européennes face aux crises (2005-2015)

le 22 Juin 2016
Etude par Daniel Debomy
 
Controverses relatives au projet de "Traité constitutionnel européen", conflits liés à la "crise de la zone euro", puis tensions découlant de la crise des réfugiés n’ont pas seulement nourri un intense débat public dans la plupart des pays de l’UE : ils ont aussi suscité nombre de commentaires plus ou moins impressionnistes et alarmistes, qu’il est salutaire de mettre en perspective sur la base de données solides et d’analyses étayées et circonstanciées.

Tel est le grand mérite de l’Étude réalisée par Daniel Debomy, spécialiste reconnu de l’analyse des évolutions des opinions publiques européennes qui, sur la base des précieuses enquêtes "Eurobaromètre", souligne avec minutie autour de quels enjeux et dans quelle mesure les peuples de l’UE ont pu ou non modifier leur jugement sur elle au cours d’une "décennie de crises".

1. L’un des premiers enseignements de cette Étude est que la perception citoyenne de l’appartenance de son pays à l’UE est demeurée positive tout au long de la période, et qu’elle s’avère même plus positive en 2015 qu’en 2005 dans une fraction significative des pays membres.
2. Son deuxième enseignement est que l’image de l’UE et le degré de confiance que ses citoyens éprouvent à son égard ont en revanche subi un déclin marqué entre 2005 et 2015.
3. Sa troisième leçon est de souligner que ce qui caractérise le débat public sur l’UE de cette dernière décennie n’est pas tant son "déficit démocratique" ou la classique fracture entre "Bruxelles et les peuples", mais davantage une fracture entre les peuples de l’UE, qui constitue un défi non moins considérable pour les partisans et praticiens de la construction européenne.

Voilà une raison de former le vœu que les autorités européennes et nationales et, au-delà, l’ensemble des citoyens s’impliquant dans le débat public sur l’UE, puissent méditer et mettre en débat cette Étude de Daniel Debomy, afin de formuler des analyses et des initiatives s’appuyant sur de solides fondements politiques et démocratiques.
 
 

 


France - Observatoire de l'égalité hommes-femmes dans la culture et la communication : quatrième rapport

 

Auteur(s) :

  • FRANCE. Ministère de la culture et de la communication
  • Date de remise : Mars 2016

Editeur :

  • Ministère de la culture et de la communication

Quatrième édition de l'Observatoire de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la communication, ce rapport offre une photographie chiffrée de la part des hommes et des femmes dans la culture et la communication. Etabli à partir de données administratives collectées en administration centrale et dans les organismes placés sous la tutelle du ministère de la culture et de la communication, il couvre la diversité des secteurs qui constituent le champ de la culture et de la communication : patrimoine, création artistique, cinéma et audiovisuel, livre, presse. Il montre qu'en 2016, il reste beaucoup à faire pour promouvoir l'égalité dans l'exercice des responsabilités de direction dans l'administration de la culture et de la communication, comme dans les institutions culturelles, et dans l'accès aux moyens de production et de diffusion de la création artistique.

 

Des repères sous forme de graphiques à ne pas manquer

 

Télécharger le rapport - 46 pages


Exploratory study
MAJOR CHANGES IN EUROPEAN PUBLIC OPINION
WITH REGARD TO THE EUROPEAN UNION

 

The dimensions examined are as follows:
- Changes in European public opinion with regard to the European Union and its institutions
- Democracy in the European Union
- Economy of the European Union
- Social issues in the European Union
- Migration in the European Union.
Several indicators will be analysed in each of these sections.

Télécharger l'étude exploratoire

 

I. THE EUROPEAN UNION, ITS POLICIES AND ITS INSTITUTIONS ................................... 4
1. Membership of the European Union and the benefits it brings ............................... 6
2. Trust in the European Union ................................................................................. 12
3. The image of the European Union and what it means to Europeans ..................... 14
4. Trust in the European institutions ........................................................................ 18
5. Awareness of how the European institutions operate .......................................... 24
6. Trust in national institutions ................................................................................ 29
II. DEMOCRACY IN THE EUROPEAN UNION ............................................................... 33
1. The voice of European citizens ............................................................................. 35
2. A feeling of European citizenship which survives the crisis .................................. 39
3. An enduring attachment to the European Union ................................................... 41
4. The components of an EU identity ........................................................................ 42
III. THE ECONOMY IN THE EU ..................................................................................... 45
1. The European economic situation and that of the national economy .................... 46
2. Economic projections ........................................................................................... 49
3. The European Union in the face of the crisis ........................................................ 53
4. Performance of the European economy ................................................................ 59
IV. THE LIVES OF EUROPEANS ................................................................................... 61
V. IMMIGRATION ..................................................................................................... 68
CONCLUSION .................................................................................................................. 73


 

Etude : l'égalité des genres dans les projets européens

par Marie Elissalt, Agence 2E2F

RESUME
Cette étude commandée par la direction de l’Agence Erasmus+ France a pour objet de présenter le traitement de la problématique de l’égalité des genres dans les programmes européens d’Education et de Formation Tout au Long de la Vie (EFTLV 2007-2013), ainsi que de proposer une évaluation de l’impact de ces derniers sur l’évolution de l’égalité femmes-hommes en Europe.
L’égalité entre les femmes et les hommes a constitué depuis longtemps un objectif majeur de l’Union Européenne qui a toujours régulièrement réaffirmé son engagement en la matière. L’étude montre comment les porteurs de projets européens ont saisi l’opportunité de travailler sur ce thème, grâce aux programmes Grundtvig (éducation des adultes), Leonardo (formation professionnelle) et Comenius (enseignement scolaire).[...]


BIENVENUE SUR
LA PLANÈTE FEMMES
La mise en regard de 3 générations de femmes à travers le
monde sur l’égalité Femmes-Hommes

Enquête Mazars / Comité ONU Femmes France, 2014

Une immersion dans le quotidien de près de 2400 femmes de 3 générations différentes (Génération W née entre 1945 et 1960 ; X née entre 1961 et 1980 ; Y née entre 1981 et 1995) dans 108 pays.

Le XXe siècle a été, dans de nombreux pays, le siècle de l’émancipation des femmes : acquisition du droit de vote, indépendance financière, accès à l’éducation et au monde du travail, liberté de mouvement, etc. Alors qu’en quelques décennies leur statut a considérablement évolué, nous avons souhaité interroger des femmes que tout différencie (âge, origine, culture) sur l’évolution de leurs droits. Car, s’il est aujourd’hui reconnu que les femmes représentent la richesse de demain, il est temps de comprendre ce qu’elles vivent, ce qu’elles dénoncent et ce à quoi elles aspirent.

  • Comment ces femmes évaluent le niveau d’égalité Femmes-Hommes dans leur pays : les femmes en Amérique Latine ont-elles les mêmes droits que les femmes en Amérique du Nord ?
  • Comment les femmes perçoivent-elles leur rôle dans la société : la double – voire triple – journée d’une femme est-elle vraiment un progrès à ses yeux ?
  • Les rêves des femmes sont-ils les mêmes d’une région à l’autre ? Les revendications des femmes au Moyen-Orient sont-elles si différentes de celles des Européennes ?

voir la vidéo

 

 


QUELLES ÉVOLUTIONS
POLITIQUES ET INSTITUTIONNELLES
POUR L’UE ET L’UEM ?

Martina Menghi | assistante de recherche à Notre Europe – Institut Jacques Delors

L’édition 2014 du Forum européen des think tanks a été organisée par Notre Europe – Institut Jacques Delors et le Centro Studi sul Fedralismo (CSF) les 18 et 19 septembre 2014 à Turin.

Trente-huit intervenants, dont des acteurs politiques nationaux et européens et des leaders du secteur économique, originaires de plus de 15 pays, ont participé au débat.

Les évolutions politiques et institutionnelles de l'Union européenne dans le contexte de la crise économique, ainsi que les changements institutionnels en cours ont été analysés, notamment les élections du Parlement européen et la désignation, par le Conseil européen, du candidat à la présidence de la Commission issu du parti disposant d’une majorité relative au sein du Parlement européen.

Martina Menghi, assistante de recherche à Notre Europe – Institut Jacques Delors, reprend dans cette synthèse les grandes lignes du débat, portant sur trois grandes interrogations :


1. Comment approfondir la zone euro tout en consolidant l’UE ?
2. Est-il nécessaire de réformer les institutions européennes ?
3. Comment démocratiser davantage le système institutionnel européen ?


COMMENT LES CITOYENS
VOIENT-ILS L’UNION EUROPÉENNE ?

Virgine Timmerman | chargée de projet Citoyenneté et Démocratie

06 Novembre 2014

Notre Europe – Institut Jacques Delors, avec l’aide du réseau OPTEM, a organisé entre le 7 décembre 2013et le 3 janvier 2014, la première phase du projet « Horizon UE : un cheminement horizontal vers la citoyenneté européenne » qui consistait à recueillir l’opinion, à travers l’organisation de groupes de discussion, de 157 citoyens européens de 18 États membres sur leurs visions de l’UE et leurs voies d’accès aux institutions européennes. Cette synthèse reprend les points principaux de la première partie de la discussion relative à la vision des citoyens européens sur l’Union européenne.

Cette synthèse de Virginie Timmerman se base sur les discussions de groupe organisées dans 18 pays de l'Union européenne, dans le cadre du projet "Horizon UE : un cheminement horizontal vers la citoyenneté européenne".

Trois enjeux sont abordés dans cette synthèse :
1. Les premières impressions sur l'UE.
2. Les aspects positifs de l'UE vus par les citoyens participants.
3. Les aspects négatifs de l'UE vus par les citoyens participants.

 


  • Les Français et l’Europe : un vaste malentendu ? Une étude réalisée par l’institut CSA et présentée à l’occasion des “Journées de Bruxelles” organisées par Le Nouvel Observateur les 10, 11 et 12 octobre 2013.

  • Baromètre d’image des services publics en Europe, Juin 2013, BVA pour l'Institut Paul Delouvrier, publié dans les Echos et diffusé sur France Inter. Baromètre annuel sur l’image des services publics en Europe auprès des habitants des 5 principaux pays de l’UE

    • L’emploi est LA priorité numéro 1 des européens
    • Le jugement des européens sur l’action de leurs pouvoirs publics dans les différents domaines investigués est globalement négatif
    • La France, deuxième pays d'Europe pour la performance de ses services publics
    • La perception de la situation financière de la France s’effondre depuis 2010 (-16 points)
  • À la recherche d'une stratégie migratoire européenne ambitieuse, Chiara Rosselli | Assistante de recherche “Think Global – Act European” à Notre Europe - Institut Jacques Delors

    • A l’occasion de la présentation du rapport « Think Global – Act European. Thinking strategically about the EU’s external action », Notre Europe – Institut Jacques Delors a organisé le 4 juillet à Paris, en partenariat avec l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne, un débat autour des recommandations relatives à la politique migratoire de l’UE présentées par les 16 think tanks ayant contribué au Rapport.
    • [...]Si nous considérons que l’UE doit acquérir une nouvelle ambition et une nouvelle vision dans sa stratégie migratoire, il faut avant tout la construire au niveau national [...] « Quand on fait preuve de volonté politique, on peut…On peut même aller au-delà de ce qui était prévu par les traités », conclut-il
  • Quels dialogues citoyens pour quelle transition énergétique ? Sami Andoura | Chercheur senior à Notre Europe – Institut Jacques Delors et le Comité économique et social européen

    • Dans le cadre de la transition énergétique, la France a lancé un processus ambitieux de consultation dans le but d’élaborer une loi fondamentale en matière d’énergie et de climat. Le Comité économique et social européen (CESE) et Notre Europe – Institut Jacques Delors ont donc saisi cette occasion pour établir des liens entre l’exemple concret et novateur d’une large consultation de la société civile à l’échelon
      national et la vision d’une participation du public, telle qu’ils la conçoivent actuellement.
 

Réagir


  • CAPTCHA

Rechercher sur le site

Devenir membre de Citoyennes pour l'Europe

Qui sommes nous ?

Nos actions

Café-Citoyennes pour l'Europe 2016

Cycle l'Europe vue par les Européens - 2017

9 mai, Journée de l'Europe

Editoriaux de Martine Méheut, Présidente

Cycle "l'Europe inspirée", Odéon, Paris, 2014-2015

Cycle "l'Europe des artistes", Odéon, Théâtre de l'Europe, 2015-2016

La femme en Europe

L'Europe, ce qu'il faut savoir

S'informer des questions européennes

Bürgerinnen für Europa

Communiqués de presse

Contact

Espace privé

Newsletter

  • Restez informé !



Twitter

#HelmutKohl nous a quitté/hat uns verlassen @citoyennes_eur-'s tribute https://t.co/v6bYuJix96 @MartineMeheut,? https://t.co/HeFAWhNZzV
le 18/06/2017
#HelmutKohl, CP @citoyennes_eur de @MartineMeheut : Nous sommes orphelins d'un grand européen https://t.co/0lVo2sn5lv
le 17/06/2017
@c_puiseux @voxfeminaassofr Merci à vous pour votre soutien et vos projets.
le 10/06/2017
Ag annuelle @citoyennes_eur @MartineMeheut, présidente -milieu- , @BlBrunet, SG, Anne de Cherisey trésorière. https://t.co/0AJtHWK4ae
le 10/06/2017
AG @citoyennes_eur @fanny_sunceisan présente les activités berlinoises de l'association en partenariat @ofaj_dfjw? https://t.co/SNauFrgR7H
le 10/06/2017

Calendrier

« Juin 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

Espace Membre

Visiteur en ligne

    • Nombre d'invité : 0