Ecouter les peuples voter ...

Les Tchèques devront retourner aux urnes les 26 et 27 janvier

 

 

 

AFP, publié le samedi 13 janvier 2018 à 18h55

Les Tchèques devront retourner aux urnes les 26 et 27 janvier pour un duel présidentiel entre le chef de l'Etat sortant, le pro-russe Milos Zeman, arrivé samedi en tête du premier tour, et un rival sérieux, le pro-européen Jiri Drahos.

Un écart important sépare les deux adversaires: M. Zeman, 73 ans, connu aussi pour ses opinions pro-chinoises et anti-musulmanes, a obtenu 38,59% des suffrages, selon les résultats officiels portant sur 99,89% des bulletins, communiqués par le Bureau national des statistiques, tandis que M. Drahos, 68 ans, ancien patron de l'Académie des sciences, en a réuni 26,59%.

Il n'empêche, on s'achemine vers "un duel serré", a estimé l'analyste indépendant Jiri Pehe, interrogé par l'AFP.

En effet selon un sondage, M. Drahos, auquel ses critiques reprochent un manque d'expérience politique, pourrait l'emporter au second tour, grâce aux reports de voix.

- 'Enorme problème' -

Pour M. Pehe, "Milos Zeman aura un énorme problème. Il est clair que les autres candidats derrière le duo de tête, c'est-à-dire Pavel Fischer, Marek Hilser et Michal Horacek, voteront Jiri Drahos au second tour".

M. Drahos lui-même a dit compter sur "les voix de ceux qui n'ont pas voté pour Milos Zeman" au premier tour.

Il a affirmé que l'un des principaux thèmes de sa campagne sera "l'ancrage euro-atlantique de la République tchèque", une manière indirecte de rappeler les amitiés russes et chinoises de son rival eurosceptique.

M. Drahos a évoqué aussi "une certaine fatigue" de Milos Zeman, faisant allusion aux problèmes de santé du président sortant, qui se déplace avec une canne.

Pendant les deux semaines qui le séparent du second tour, il souhaiterait affronter M. Zeman "face à face, lors d'un débat", a-t-il dit, dans une autre allusion à un point faible du président sortant, qui s'est refusé à ce genre d'échange avant le premier tour. 

M. Zeman lui a répondu du tac au tac. "Je n'ai jamais eu peur de participer à un débat, je suis toujours jeune et toujours plein d'énergie, et tout débat me fait plaisir. Je viens d'entendre à la télévision M. Drahos et je vais satisfaire avec plaisir à sa demande", a-t-il dit devant les journalistes.

- 'Amis, amants et maîtresses' -

Puis, toujours amateur de langage frivole, il a invité ses partisans à aller voter au second tour "et prendre avec eux aussi leurs amis, amants et maîtresses". 

"Lors de la précédente présidentielle, j'ai obtenu 24% au premier tour et 54% au second tour, et cette année déjà 40% au premier tour. Je félicite Jiri Drahos pour sa belle deuxième place", a encore dit Milos Zeman.

M. Zeman bénéficie notamment du soutien des milieux ruraux et des travailleurs manuels, tandis que M. Drahos est le candidat préféré des milieux intellectuels des grandes villes.

L'ancien ambassadeur tchèque en France, Pavel Fischer, arrive troisième avec 10,19%, suivi de près par l'homme d'affaires et auteur de chansons à succès Michal Horacek, 9,14%, et le médecin Marek Hilser, 8,82%.

Selon les estimations de l'agence CTK, le taux de participation au premier tour, qui s'est déroulé sur deux jours, était d'environ 60%, un résultat comparable à celui de la présidentielle de 2013, la première au suffrage universel direct, remportée par M. Zeman.

 

 

 

 

 

Grande coaltion:A.  Merkel joue son va-tout dans un contexte politique tendu

 

 

 

 

AFP, publié le samedi 13 janvier 2018 à 16h36

"La coalition des perdants": la formule fait florès en Allemagne pour désigner le prochain gouvernement qu'Angela Merkel se prépare à diriger. Car de fait, la chancelière part affaiblie à l'orée de son quatrième et sans doute dernier mandat.

L'alliance de principe conclue vendredi par son camp conservateur et les sociaux-démocrates du SPD à l'issue de cinq jours de tractations ouvre la voie vers la fin mars à la constitution de ce que le pays nomme une "grande coalition", entre les deux plus importants partis du pays.

"En fait de grande coalition, c'est une mini-coalition car ils ne représentent que 53% des électeurs" suite au scrutin législatif, relève le politologue allemand Karl-Rudolf Korte sur la chaîne ZDF. Une courte majorité.

Dans la précédente chambre des députés, les démocrates-chrétiens de la CDU d'Angela Merkel, leur allié bavarois CSU, ainsi que le SPD représentaient encore les deux-tiers des sièges.

Mais en septembre, les partis traditionnels ont été punis. La chancelière a certes remporté l'élection mais avec un des pires score depuis la guerre pour son mouvement (33%), tandis que le SPD chutait à 20,5%.

En cause: l'irruption de l'extrême droite avec près de 13% et le retour au Parlement du parti libéral sur un programme à droite toute.

- Perdants -

La SPD avait du reste à l'origine pris acte de la "sanction" des électeurs contre la précédente "grande coalition" (2013-2017) en proclamant vouloir une cure d'opposition. Avant de se résoudre à une volte-face devant l'impossibilité de former un gouvernement dans le pays.

Et les sympathisants socio-démocrates restent très circonspects, selon un sondage dévoilé samedi par l'hebdomadaire Der Spiegel: seuls 41,9% approuvent le nouvel accord avec les conservateurs. Plus largement, la future alliance rouge-noire n'enthousiasme que 35,8% des sondés, contre 49,7% qui la jugent "négative ou très négative".

L'opposition du coup s'en donne à coeur joie. "Les perdants de l'élection ont décidé de se retrouver", commente un des dirigeants de la gauche radicale, Dietmar Bartsch

Conservateurs et sociaux-démocrates, censés présenter des offres politiques concurrentes, ont déjà gouverné ensemble au cours de huit des douze dernières années. Ils s'apprêtent à en ajouter quatre de plus, avec le risque de favoriser un peu plus l'extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD).

Une poursuite de cette alliance "va faire cadeau à l'AfD de nouveaux succès dans les élections régionales à venir" en permettant au parti de faire campagne sur le thème "blanc bonnet et bonnet blanc", met en garde samedi le politologue Werner Patzelt, dans le quotidien Handelsblatt.

Les trois présidents de partis qui ont négocié l'accord vendredi sont en outre tous affaiblis en interne. Afp

- Zénith dépassé ? -

Celui du SPD Martin Schulz est en sursis depuis sa débâcle aux législatives. Celui de la CSU bavaroise, Horst Seehofer, lui aussi appelé à un portefeuille ministériel à Berlin, vient d'être marginalisé dans son parti par une fronde d'opposants inquiets de la poussée de l'AfD.

Quant à la chancelière, même si aucun prétendant sérieux à sa succession ne s'est encore mis en avant, le débat en interne sur l'après-Merkel a commencé. Nombre de cadres de son mouvement appellent à un "rajeunissement" de la direction.

L'économie allemande est en pleine forme mais politiquement la   chancelière a perdu des points après la crise des réfugiés. Et le vide gouvernemental en Allemagne depuis septembre ne l'a pas aidée.

Durant cette période, le chef de l'Etat français Emmanuel Macron a au contraire occupé l'espace sur le plan européen et international avec plusieurs initiatives diplomatiques remarquées.   

"En matière d'initiatives politiques sur l'Europe, la France mène actuellement 10 à 0, nous ne devrions pas laisser le score en l'état", regrettait récemment le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel.

"Si l'on observe sa popularité (en baisse, ndlr) et son aura dans l'opinion, on voit qu'Angela Merkel a dépassé son zénith", estime le professeur de sciences politiques Oskar Niedermayer.

Pourra-t-elle dans ces conditions aller au terme de son nouveau mandat de quatre ans? "Dans l'intérêt électoral de son parti, elle ne devrait pas", ajoute le politologue, en pariant sur un départ anticipé au bout de deux ans.

Réagir


  • CAPTCHA

Rechercher sur le site

ADHERER

Qui sommes nous ?

Café-Citoyennes pour l'Europe-Paris

Cafés-Citoyennes pour l'Europe-Bruxelles

Bürgerinnen für Europa

ECOUTER

FAIRE ENTENDRE

CITOYENNES

POUR L' EUROPE

CITOYENNES D'EUROPE

L'EUROPE POUR LES CITOYENNES

Environnement

Prouver l'Europe par le mouvement

L'EUROPE INSPIREE

L'EUROPE ET SES ETOILES

L'EUROPE DES ARTISTES

TRIBUNES .....

A LIRE !

BIBLIOTHEQUE

ESPACE PRIVE

LA LETTRE DE CITOYENNES POUR L'EUROPE

Espace Membre

Newsletter

  • Restez informé.e ! Notez votre adresse mail : une fois par semaine, vous recevrez notre newsletter. Nous vous adresserons également des invitations participer à nos événements. Citoyennes pour l'Europe conserve cette adresse uniquement pour cet usage. Votre adresse n'est ni échangée ni vendue à des acteurs commerciaux ou associatifs.



Dernières modifications

Twitter

RT @JeanMarieCAVADA: Je serai ce soir à la conférence de @citoyennes_eur, venez nombreux! https://t.co/ix2DstCX7G
le 20/11/2017
#Bruxelles, capitale de la transparence? Notre conférence demain, 20/11,18h, ,PressClub Bruxelles, avec? https://t.co/e8YfKxPlZD
le 19/11/2017
Nvel Edito @citoyennes_eur, à propos du discours annuel sur l'Etat de l'#UE, #juncker, @MartineMeheut? https://t.co/97t1Tu4rZ9
le 21/09/2017
Nous relayons @UPconferences : #insertion jeunes #Europe https://t.co/NfH2hDoM8F
le 16/09/2017
RT @CarenewsCom: |À lire| compte rendu du café-débat @citoyennes_eur sur la place de la femme politique dans les élections allemandes https?
le 08/09/2017

Dons