le sommet de l'urgence ?

 

Hannibal Hanschke / Reuters.

Alors qu'un conseil européen est prévu les 28 et 29 juin, le président de la Commission a convié plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement pour un mini-sommet informel de crise ce dimanche 24 juin à Bruxelles.

C'est que la question migratoire menace de faire exploser l'Union européenne; pour certains dirigeants, la menace qu'elle fait peser sur la cohésion de l'UE est bien plus sérieuse que celle causée par la dette entre 2010 et 2013.

Le tout jeune gouvernement antisystème et populiste en Italie avait à peine neuf jours qu'il faisait prendre à l'Europe un tournant dramatique en termes d'immigration. Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur et chef de file de la Ligue (mouvement d'extrême-droite) a refusé d'accueillir l'Aquarius et ses 629 personnes à bord, dont 123 mineurs non accompagnés et sept femmes enceintes.

La décision de l'Italie a créé un raz-de-marée politique sur la péninsule et dans toute l'Europe. Pendant une semaine, le bateau de l'ONG est resté en mer, entre la Sicile et Malte, passant à quelques kilomètres de la Corse avant de finalement arriver à Valence, après que le nouveau premier ministre socialiste espagnol Pedro Sanchez a ouvert un port de son pays. Le ton est monté entre Paris et Rome après qu'Emmanuel Macron a évoqué "la part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien". L'Italie a demandé des excuses avant que le président de la République assure n'avoir "tenu aucun propos visant à offenser l'Italie et le peuple italien". Giuseppe Conte a finalement accepté l'invitation française pour un déjeuner qui s'est tenu vendredi 15.

Ce genre de réunions bilatérales organisées à la hâte entre les grands pays européens se sont ensuite multipliées. Giuseppe Conte s'est rendu à Rome tandis qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel ont passé leur mardi ensemble pour tenter d'avancer et que le sommet du 28 et 29 juin ne vire pas au fiasco. Dans cette séquence troublée qui révèle des divisions inquiétantes en Europe, les rédacteurs en chef et journalistes du HuffPost en Espagne, en Allemagne et en Italie exposent la situation politique dans chaque pays.

 

lire la suite  /uploaded/sommet-aquarius.pdf



l'expertise locale européenne de l'intégration


 

Des élus locaux de villes et de régions d’Europe appellent l’UE à s’appuyer sur leur expertise en matière d’intégration des demandeurs d’asile.

 

« L’Union européenne doit adopter une législation unique sur les migrations », a déclaré Rainer Haas, co-président du Conseil des communes et régions d’Europe (CCRE) et président du Comté de Ludwigsbourg (Allemagne), lors de la conférence « Égalité, Diversité et Inclusion » organisée par le CCRE.

Cet événement qui a rassemblé des représentants de régions et de villes à Bilbao du 11 au 13 juin  avait pour ambition de discuter de justice sociale, de lutte contre les discriminations, de genre, de démocratie innovante et de gouvernement ouvert.

Mais les sujets de l’immigration, de ses conséquences et de l’intégration, étaient sur toutes les lèvres, dans la foulée de la crise de l’Aquarius.

La conférence a en effet commencé le jour où l’Espagne a donné le feu vert au navire humanitaire pour accoster à Valence. La nouvelle a été accueillie par une salve d’applaudissements de la part des délégués.

 

la suite : uploaded/villes-et-inta-gration.pdf



nouveau gouvernement espagnol

Résolument pro-européen, audacieusement féminin et politiquement cohérent, il y a quelque chose de rassurant dans la composition du gouvernement présenté par le premier ministre, Pedro Sanchez

 

 

cliché JJ GUILLEN  (AP)  Madrid le 07/06/18 le Gouvernement de Pedro Sanchez autour de Felipe VI

Le nouveau gouvernement espagnol, un antidote au populisme

 

Editorial du « Monde ».

En ces temps de montée du populisme en Europe, il y a quelque chose de rassurant dans la composition du nouveau gouvernement espagnol, présenté jeudi 7 juin au roi Felipe VI par le premier ministre, Pedro Sanchez. C’est un gouvernement résolument pro-européen, audacieusement féminin et politiquement cohérent. Le message est clair : ancrage dans l’Union européenne (UE), stabilité économique et ouverture à la société civile. Ce qui devrait être la norme dans nos démocraties occidentales est devenu si rare que la démarche mérite d’être saluée.

Avec onze femmes sur dix-sept ministres, l’Espagne innove de nouveau. « Ce n’est plus le Consejo de ministros, c’est le Consejo de ministras », plaisante-t-on à Madrid. Un autre gouvernement socialiste, celui de José Luis Rodriguez Zapatero, avait déjà montré la voie en 2005, introduisant pour la première fois en Europe, après la Suède, la parité dans une équipe gouvernementale.

Soutien hétérogène

Pedro Sanchez franchit, lui, un autre palier : il a identifié tant de femmes qualifiées pour des postes de ministre que la parité est largement dépassée. C’est historique et c’est une juste reconnaissance du formidable combat que la société espagnole moderne a mené pour l’égalité entre les sexes. Il faut souhaiter que le prochain palier, partout en Europe, soit celui où le nombre de femmes dans les nouveaux gouvernements ne soit plus un sujet.

Politiquement, la tâche n’était pas aisée pour Pedro Sanchez, dont le parti social-démocrate, le PSOE, est très minoritaire, avec seulement 84 des 350 sièges aux Cortes. Il doit son accession au pouvoir davantage au rejet de son prédécesseur, Mariano Rajoy, victime d’une motion de défiance, qu’à l’adhésion à sa propre personne.

Elu président du gouvernement grâce au soutien hétérogène de divers partis, de la gauche radicale Podemos au parti nationaliste basque (PNV) de centre-droit, en passant par les indépendantistes catalans de gauche comme de droite, il a choisi de compenser cette fragilité en donnant la priorité à la compétence plutôt qu’au saupoudrage d’allégeances politiques. Le résultat est une équipe sagement monocolore, d’orientation centriste.

Le défi est de taille

Enfin, ce gouvernement confirme la fidélité de l’Espagne au projet européen et sa volonté de contribuer à son approfondissement. Josep Borrell, le nouveau ministre des affaires étrangères, ancien président du Parlement européen, saura sans doute mieux que son prédécesseur expliquer aux partenaires de l’Espagne dans l’UE l’enjeu de la douloureuse question de la Catalogne, dont il est lui-même originaire. La nouvelle ministre de l’économie, Nadia Calviño, jusqu’ici directrice générale du budget à la Commission européenne, sera chargée de rassurer Bruxelles sur la politique économique espagnole.

Ce gouvernement, centriste, créatif et modéré, semble à même de répondre aux attentes d’une grande partie de la société espagnole, désireuse de changement, mais soucieuse d’éviter l’instabilité. Le défi est de taille, au-delà de la faiblesse de sa base parlementaire. Il lui faut trouver un consensus sur les principales urgences : rétablir le dialogue avec la Catalogne, régénérer les institutions démocratiques, garantir l’indépendance des médias publics comme de la justice, revenir sur la polémique sur la loi de sécurité et ses restrictions des libertés publiques, notamment.

Il faut donc espérer que les rivalités des partis politiques ne prennent le dessus trop rapidement. Cette « dream team » ­mérite une chance – pour l’Espagne, et pour l’Europe.

 

À partir de l’adresse <https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/06/08/le-nouveau-gouvernement-espagnol-un-antidote-au-populisme_5311709_3232.html>

 

lire  de plus longues analyses en pages "citoyennes" de ce site



NICOLE FONTAINE

Nicole Fontaine, ancienne ministre de Jean-Pierre Raffarin et présidente du Parlement européen, est décédée le 17 mai à l'âge de 76 ans. Née en 1942, Nicole Fontaine était avocate de formation, inscrite au barreau des Hauts-de-Seine. Elle avait été élue députée européenne et élue présidente en 1999.

 

 
 
Les députés européens ont rendu hommage à l'ancienne Présidente du Parlement européen (1999 à 2002), Nicole Fontaine, en ouverture de la séance plénière à Strasbourg, en observant une minute de silence.

« Nous avons l'obligation de demeurer un repère, un phare pour les droits fondamentaux. Telle était la conviction de Nicole Fontaine. Le Parlement lui doit beaucoup », a déclaré le Président Antonio Tajani.
 

 

 

Un livre de condoléances à la mémoire de Nicole Fontaine est ouvert pour signature au Bureau du Parlement européen en France, au 288 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris, tous les jours ouvrables de 9h à 17h30 jusqu'au vendredi 1er juin à 12h30.



fête de l'Europe

 

 

vous donne

rendez-vous sur son stand

 

le dimanche 13 mai

à partir de 10h

Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris

 

 

 

 

 

Fête de l'Europe 2018



Journée de l'Europe, des maires témoignent

 

À un an des élections européennes, les maires témoignent de l'apport qu'a l'Union européenne sur leurs communes.

 

En ce 9 mai, journée de l'Europe, et à un an des élections européennes, nous voulons, en tant que maires, témoigner de l'apport concret, quotidien et humain de l'Union européenne pour nos communes.

C'est l'Europe qui promeut la transition écologique en soutenant à Cestas, près de Bordeaux, la plus grande centrale photovoltaïque du continent. C'est l'Europe qui combat la désertification médicale en finançant une maison de santé à Louviers, en Normandie.

C'est l'Europe qui soutient un développement durable en permettant la rénovation énergétique de la piscine de Coulaines, dans la Sarthe. C'est l'Europe, grâce au Fonds social européen, qui permet d'accompagner plus de 1 600 personnes dans leur recherche d'un emploi durable ou l'obtention d'une formation à Rennes et dans sa métropole. C'est l'Europe, encore, qui finance dans les Hauts-de-France ou dans le Grand Est le développement du numérique très haut débit et cofinance largement, par exemple, le projet de pôle éco-numérique de la gare de Saint-Omer dans le Pas-de- Calais.

« Ne passons pas à côté des élections européennes »

En restaurant le caractère maritime du Mont-Saint-Michel et en participant à la reconstitution de la grotte de Lascaux et de la Grotte Chauvet, elle contribue à renforcer l'attractivité touristique des territoires. Elle sait aussi exprimer la solidarité avec les plus démunis en soutenant les banques alimentaires et les Restos du coeur. Partout, l'Union européenne permet des réalisations concrètes qui, sans elle, ne verraient pas le jour.

Et pourtant, l'Europe reste largement incomprise de nos concitoyens. Les enquêtes d'opinion montrent que, dans l'ensemble, les Français veulent plus d'Europe. Mais ils veulent aussi une Europe davantage à leur écoute. Alors, ne passons pas à côté des élections européennes de l'an prochain.

En tant qu'élus de proximité, dans la diversité de nos sensibilités politiques, nous avons une responsabilité majeure pour faire vivre la démocratie européenne dans nos territoires. Alors que les maires sont les élus locaux qui inspirent le plus confiance aux citoyens, ils ont assurément un rôle à jouer pour maintenir allumée la flamme européenne et rétablir ce lien indispensable pour l'avenir de l'Europe.

C'est pourquoi nous adoptons aujourd'hui une Charte pour la citoyenneté européenne, par laquelle nous nous engageons à informer nos administrés sur les réalisations de l'Union européenne, ainsi que sur la citoyenneté européenne et sur les droits et les valeurs qu'elle incarne.

L'Europe est notre avenir, elle sera surtout ce que nous en ferons.

Signataires :

- Anne Hidalgo, maire de Paris (Ile de France).

- François-Xavier Priollaud, maire de Louviers (Eure, Normandie).

- Johanna Rolland, maire de Nantes (Loire-Atlantique, Pays de la Loire).

- Christian Estrosi, maire de Nice (Alpes-Maritimes, Paca).

- Nathalie Appéré, maire de Rennes (Ille-et-Vilaine, Bretagne).

- Philippe Laurent, maire de Sceaux (Hauts-de-Seine, Ile-de-France).

- Maryse Joissains Masini, maire d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône, Paca).

- François Decoster, maire de Saint-Omer (Pas-de-Calais, Hauts-de-France).

- Pierre Jarlier, maire de Saint-Flour (Cantal, Rhône-Alpes, Auvergne Rhône-Alpes)

- Alain Benedetto, maire de Grimaud (Var, Paca).

- Isabelle Touzard, maire de Murviel-lès-Montpellier (Hérault, Occitanie).

- Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau (Seine-et-Marne, Ile-de-France).

- Jean-François Fountaine, maire de La Rochelle (Charente-Maritime, Nouvelle Aquitaine).

- Christophe Rouillon, maire de Coulaines (Sarthe, Pays de la Loire).

- Laurent Ries, Maire de Strasbourg (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Grand Est).



Rechercher sur le site

Evénements

Qui sommes nous ?

Café-Citoyennes pour l'Europe-Paris

Cafés-Citoyennes pour l'Europe-Bruxelles

Bürgerinnen für Europa

ECOUTER

FAIRE ENTENDRE

CITOYENNES

POUR L' EUROPE

L'EUROPE POUR LES CITOYENNES

L'EUROPE ET SES ETOILES

Prouver l'Europe par le mouvement

L'EUROPE INSPIREE

L'EUROPE DES ARTISTES

TRIBUNES .....

A LIRE !

BIBLIOTHEQUE

ESPACE PRIVE

LA LETTRE DE CITOYENNES POUR L'EUROPE

Espace Membre

Newsletter

  • Restez informé.e ! Notez votre adresse mail : une fois par semaine, vous recevrez notre newsletter. Nous vous adresserons également des invitations participer à nos événements. Citoyennes pour l'Europe conserve cette adresse uniquement pour cet usage. Votre adresse n'est ni échangée ni vendue à des acteurs commerciaux ou associatifs.



Dernières modifications

Twitter

RT @JeanMarieCAVADA: Je serai ce soir à la conférence de @citoyennes_eur, venez nombreux! https://t.co/ix2DstCX7G
le 20/11/2017
#Bruxelles, capitale de la transparence? Notre conférence demain, 20/11,18h, ,PressClub Bruxelles, avec? https://t.co/e8YfKxPlZD
le 19/11/2017
Nvel Edito @citoyennes_eur, à propos du discours annuel sur l'Etat de l'#UE, #juncker, @MartineMeheut? https://t.co/97t1Tu4rZ9
le 21/09/2017
Nous relayons @UPconferences : #insertion jeunes #Europe https://t.co/NfH2hDoM8F
le 16/09/2017
RT @CarenewsCom: |À lire| compte rendu du café-débat @citoyennes_eur sur la place de la femme politique dans les élections allemandes https?
le 08/09/2017

Dons